Bienvenue sur notre forum de dessin et d'entraide =)

29 novembre : Défi 282 : Explorateur

[LIVRE/DEBAT] Le livre numérique, c'est le futur de demain

Culture et bêtises

Modérateurs : Holix, Anassete

Pour ou contre le numérique ?

Pour (et expliquer)
8
35%
Contre (et expliquer)
9
39%
Mitigé (et expliquer)
6
26%
 
Nombre total de votes : 23

Anassete
The social network
Messages : 1379
Inscription : dim. 07 févr. 2010, 10:47
Contact :

Message par Anassete » mar. 29 janv. 2013, 17:27

Encore un petit up sur ce sujet pour que vous puissiez voir des prises en main des liseuses de début 2012. On annonce la mort des liseuses et la longue des tablettes, mais c'est bien aussi de vous montrer à quoi ressemble ces bêtes sur le terrain.

http://anassetart.tumblr.com/tagged/test
Les vidéos sont dans l'ordre chronologique inverse. La Kobo Touch n'a subi aucune mise à jour et la 2e vidéo en date du Kindle Touch montre l'interface changée grâce à la mise à jour de l'OS.

Anassete
The social network
Messages : 1379
Inscription : dim. 07 févr. 2010, 10:47
Contact :

Message par Anassete » lun. 10 févr. 2014, 17:13

Des petites vidéos sur la Kindle paperwhite 2 (qualité caca boudin) pour vous montrer les spécificités du modèle Amazon.
Les flashs noirs peuvent être réglés et être mis toutes les 10 pages. Moi perso, ça me ne gêne pas du tout ils sont presque invisibles par rapport aux premières liseuses.

Appareil prévu pour les lecteurs VO et ceux qui veulent un outil pour lire et c'est tout :
- navigation dans un ebook :
Ce qu'on y voit : l'utilisation des lumières qui arrivent du côté de l'écran et non d'en-dessous ; la navigation d'un chapitre à un autre, soit par le menu, soit par un gadget qui permet de ne pas perdre sa page ; les nouvelles polices ; l'utilisation des marges et de l'interlignage rudimentaire.

- exclusivité Kindle avec le vocabulaire interactif :
Ce qu'on y voit : enregistrement d'un mot ; fiches de révision ; liste des mots à apprendre / maîtrisés.

- achat dans le store intégré :
On peut aussi utiliser tout simplement le bouton du chariot. Le temps de réponse du site varie selon votre connexion wifi.

J'voulais vous montrer aussi l'utilisation des applis Amazon et Kobo sur ma tablette, mais celle-ci a rendu l'âme et va rendre visite au docteur d'ici peu D: Donc si certains avec leurs tablettes veulent faire une démo de 2m en vidéo, je vous lègue ma place !

Anassete
The social network
Messages : 1379
Inscription : dim. 07 févr. 2010, 10:47
Contact :

Message par Anassete » sam. 16 août 2014, 11:30

Petit détour sur une nouvelle qui a fait vibrer la sphère virtuelle : Kindle Unlimited est déjà sorti aux USA et arrivera en France en septembre.

Kindle Unlimited, qu'est-ce que c'est ?
Vous payez un abonnement mensuel pour avoir un accès illimité au catalogue Amazon, dont des séries phares comme Harry Potter, Le Seigneur des Anneaux ou Hunger Games. Le problème de l'accès illimité sur Kindle Unlimited fait que vous êtes obligés d'avoir un produit propriétaire pour télécharger un ebook propriétaire dont vous n'êtes pas le propriétaire.
J'insiste là-dessus pour comprendre dans les articles en bas de post : il y a beaucoup de débats autour du streaming = DRM.

Le prix ?
Prix alléchant de 9.99€/mois, s'adressant quasiment exclusivement aux gros lecteurs. L'abonnement en bibliothèque, pour rappel, excède rarement les 20€ annuels.
Cette offre existait déjà avec Amazon Premium, mais avec un catalogue très restreint. J'ai comparé les prix : Amazon Premium = 49€ annuels soit 4.08€/mois VS Kindle Unlimited = 9.99€/mois soit 119.88€ annuel.

La rémunération des auteurs ?
Point assez flou, vu que l'auteur ne touchera pas le même % à la location de ces livres numériques. Les auteurs publiés par Amazon seront favorisés.

On s'en frotte les mains ?
Les pure players type Yoobox, Youscribe, etc sont heureux de l'arriver d'Amazon sur ce marché car cela justifie leur format.
Du côté des auteurs ou des libraires, dans mon entourage, Kindle Unlimited est vu comme le mal abouti.
Côté utilisateur Amazon, réaction mitigée due à la contextualisation : la peur des lois anti-amazon pour des gens vivant loin de librairie, bibliothèques physiques qui ne font pas d'effort pour leurs usagers, collectionneur addict de la technologie attiré par le gain d'argent fait sur l'année tout comme le gain de place chez lui ; ou bien tout son contraire.

Des faux pas sur la sortie du programme ?
Les catalogues Harry Potter et Le Seigneur des Anneaux étaient indisponibles le jour même de l'ouverture et plus tard. L'interface a changé depuis, nous sommes directement redirigé vers une page portail qui vous invite à essayer gratuitement pendant 30 jours le programme.



Si vous souhaitez plus d'infos, voilà quelques sites qui vont plus loin dans le sujet :
- Le lancement officiel
- Comment ça marche ?
- un article engagé chez ACtualitté avec des citations d’auteurs sur Twitter

Anassete
The social network
Messages : 1379
Inscription : dim. 07 févr. 2010, 10:47
Contact :

Message par Anassete » jeu. 09 avr. 2015, 18:06

Bon, je suis passée chez Kobo by Fnac (je précise bien le "by Fnac") pendant 2 mois. J'en ressors avec un goût amer.
On nous vante un vent de liberté, mais c'est aussi fermé qu'Amazon et les univers d'achat m'ont embrouillée plus qu'autre chose. Trop de logiciels à installer pour n'être que faussement possesseur de son livre, trop de sites d'achats possibles avec un système de synchro qui ne marche pas dans les deux sens... Sans compter l'absence totale de service client.

Bref, pour plus de détails, regarder le spoiler. On m'a demandé pourquoi je trouvais le circuit d'achat compliqué sur un autre forum :
[spoil]Au tout début, je passais par le store embarqué, mais rentrer mon numéro de CB à chaque transaction, ça m'a vite saoulée (j'ai vu plus tard que c'était parce que le compte Kobo store n'avait pas de CB enregistré...).

Donc je me suis mise à acheter sur Fnac.com. Je lis de plus en plus en VO, et je ne trouvais pas forcément les titres que je voulais sur le site Fnac. Il y avait aussi le souci des titres VF qui se retrouvaient avec des DRM, alors que c'est un éditeur qui appose juste un tatouage.
Pour ces soucis de DRMs, je suis passée au Kobo store. Et puis le site de la Fnac est très mal conçu. La dernière fois, j'ai mis une demi-heure pour acheter un ebook VO sur tablette.....

Du coup, Kobo store, mais en utilisant mon compte Fnac. Je me suis dit que de toute façon, ça synchronisera bien mes achats sur Fnac.com, si un jour je perds mes données et que j'ai besoin de télécharger mes ebooks. Sauf que non, pas de synchro. Si tu achètes depuis Fnac.com, tu retrouveras tes achats sur le Kobo store, mais pas l'inverse.

Et puis j'avais déjà un compte chez Immateriel quand j'étais encore sur Kindle. J'ai continué à l'utiliser en passant sur Kobo au début, parce que je n'avais pas forcément mon ordi avec mes id de Fnac et/ou Kobo store et pas de wifi qui marchait dans le coin pour utiliser le store embarqué.

Donc ça me faisait jongler sur 3 sites différents... et ça m'a vite saoulée.
Sur Amazon, certes on achète qu'un droit à la lecture, mais j'avais des habitudes plus nettes : n'acheter que des livres à DRM d'éditeurs et des livres VO. Passer sur Immatériel pour tout le reste.

edit : ah oui, et il y avait aussi des gens de ma Twitter List qui disaient avoir eu des problèmes quand ils pré-commandaient sur Kobo store, mais sur Fnac.com. Ça m'a un peu achevée, ça.[/spoil]

Sinon à côté de ça, les machines sont de bons produits... même si la gamme Aura perd en visibilité avec l'arrivée de la Kobo Glo HD.
En gros, la Aura HD a été lancée à 175€ en même temps que la Aura (~120€) et la H2O (liseuse qui va sous l'eau - 180€). Depuis mars 2015, la Aura HD mais pourtant beaucoup de gens en ont encore acheter ces derniers temps. Et là depuis hier, on sait officiellement que la Kobo Glo HD va sortir le 22 mai à 129€. C'est une copie de la Aura HD, avec quelques modifs designs, une lumière qui s'adapte à l'ambiance et un port SD en moins. Mais au niveau de la qualité de l'expérience de lecture, c'est du pareil au même... Donc pourquoi avoir créer une gamme Aura si c'est pour retirer des ventes la version HD et la remplacer par autre chose ?

Les gens auraient pu avoir mieux pour moins cher.... et la Aura tout court ne serait pas la 5e roue du carrosse Kobo...

Si vous êtes perdus, voilà la gamme Kobo à l'heure actuelle et une vidéo de la Kobo Glo HD.

---

Tout ça pour dire que je retourne chez Amazon. Le Kindle Voyage ne m'intéresse pas même s'il sort un jour en France, je vais reprendre une Paperwhite. Bookeen ne fait toujours pas de machines assez stables pour me relancer dans l'aventure. J'ai assez donné avec eux.

Anassete
The social network
Messages : 1379
Inscription : dim. 07 févr. 2010, 10:47
Contact :

Message par Anassete » lun. 15 juin 2015, 16:23

Amazon tape fort encore en proposant des Kindle adaptés aux enfants (moins de fragilité et un prix plus abordable pour un Kindle + la coque de protection couleur).
https://www.actualitte.com/article/lect ... azon/58673

Je me pose par contre des questions sur la pertinence de l'expérience :
- est-ce que les enfants ne risquent pas de prendre le Kindle comme un jouet ?
Ils ont fait des efforts pour que l'objet soit renforcé, mais c’est surtout le côté "objet neuf que je veux absolument et que je mets dans un coin plus tard, parce que j'ai eu un nouveau jouet".
On a déjà ce phénomène avec les livres, mais les enfants s'y attachent plus longtemps parce que chaque livre est un objet à part entière avec lequel il a vécu des émotions.
Le choix de la liseuse pour l'expérience, plutôt qu'une tablette, coule de source. Pas de mini-jeux à l'intérieur, contrôle parental pour bloquer internet et la boutique, l'écran est en noir et blanc donc rappelle un peu les polycopiés.

- est-ce que les enfants arriveront à se situer dans un livre, sachant que des adultes ont déjà du mal ?
Ok, pour rechercher une information dans un livre numérique, la barre de recherche est hyper pratique. Ça forme ces petits jeunes à la pertinence de leurs mots-clés et ça les entraîne déjà à travailler de manière intelligente et intuitive.
Par contre, pour se souvenir si c'ets au début ou à la fin, la Kindle affiche des pourcentages et pas toujours le numéro de la page. Du coup, un apprentissage que sur du numérique peut brouiller leur façon d'évaluer visuellement un début et une fin.
Ce qui est dommage dans la vidéo de promotion, c’est qu'on ne voit pas du tout si la professeure pense à coupler l'enseignement sur les deux ou pas durant cette expérience.

- là ce n'est pas une question, mais c'est quand même marrant qu'une étude faite dans les "vieux pays" profite de cette pub, alors que d'autres comme en Afrique le font déjà à moindre échelle. Du genre, le gamin qui fait plusieurs km par jour pour aller à l'école, mais qui peut lire sur sa Kindle en attendant. Ce ne sont que les classes moyennes qui en bénéficient, mais c'est un pays où l'accès au livre est plus difficile que chez nous, c'est vraiment dommage qu'on ne parle pas plus des expériences faites aussi dans des classes africaines.

- ce qui me gêne aussi dans ces expériences, c'est qu'on ne pense qu'à l'étude du sujet, mais pas à son implémentation. Une liseuse ne coûte pas si cher (Kindle entrée de gamme : dès 59€ // Pocketbook entrée de gamme : 55€ // etc), mais c'est comme pour les manuels scolaires : certains ont les moyens de se les acheter et d'autres non.
La liseuse se différencie du manuel scolaire, parce quelle peut servir à toute la famille. Néanmoins, elles ne durent jamais plus de 4-5 ans. (C'est mieux que les premières qui pouvaient flasher en 6 mois, mais quand même). C'est un investissement auquel toute famille va d'abord réfléchir. Il n'y a qu'à regarder les gens qui achètent des livres pour les cours de leurs enfants : la plupart va se jeter sur les éditions parascolaires, parce qu'ils sont très peu onéreux et pas forcément parce qu'il aura un dossier écrit par un prof recommandé ou pour sa belle couverture.
En fait, ces expériences me font penser au tableau numérique ou au cartable électronique. Il y a des sous pour faire des enquêtes et des expériences, mais dès qu'il s'agit de l'implanter, c’est le gros bazar et il y aura toujours des différences sociales. Sans compter la peur de se faire piquer ses objets connectés.

Mdmzll
Messages : 13
Inscription : ven. 17 juil. 2015, 20:33

Message par Mdmzll » sam. 06 août 2016, 18:17

honnêtement je suis contre :(

Pour moi, un livre numérique n'est plus un livre. Pas de reliure, pas de couverture pour moi c'est non !
Si le business du livre numérique continue, il n'y aura bientot plus de travail éditorial et plus d'illustrateurs. Ce serait assez dommage... :ultrachou:

Pour les enfants c'est vrai, le livre numérique peut passer pour un gadget. Je trouve qu'un enfant trop jeune devrait éviter le contact précoce avec les écrans.

Je pense que que les ebooks ont beaucoup d'inconvénients.

Avatar de l’utilisateur
mistral
Messages : 607
Inscription : mar. 29 janv. 2008, 19:24
Contact :

Message par mistral » lun. 08 août 2016, 22:50

Mdmzll a écrit :Si le business du livre numérique continue, il n'y aura bientot plus de travail éditorial et plus d'illustrateurs. Ce serait assez dommage... :ultrachou:
En ce qui concerne les illustrateurs, je ne suis pas du tout d'accord. Je pense au contraire que le numérique, bien exploité, peut donner encore plus d'opportunités artistiques pour les illustrateurs, comme le Turbo Média par exemple ! Par contre au point de vues royalties c'est vrai que les pourcentages ne sont vraiment pas terribles alors que ça permet pourtant de passer outre la chaine habituelle des imprimeurs, revendeurs etc... Mais bon j'imagine que ça va encore évoluer !

Je suis d'accord avec le fait de ne pas faire passer trop de temps les enfants devant les écrans, mais vouloir à tout prix les tenir éloignés ça me parait vraiment bête. Ca fait partie de notre futur, et un enfant curieux qui se débrouille bien sur une tablette, qui apprend à bien se servir d'un ordinateur, ça ne peut que lui être utile pour l'avenir où l'utilisation du numérique sera indispensable.

Anassete
The social network
Messages : 1379
Inscription : dim. 07 févr. 2010, 10:47
Contact :

Message par Anassete » mar. 09 août 2016, 17:19

Pourquoi plus de travail éditorial :shock: ?

Je comprends pas, le texte qu'il soit numérique ou papier ne se corrige pas tout seul. L'auteur et/ou l'éditeur travaille(nt) dessus pour faire des coupes, des rajouts, des modifications, corriger des passages, etc. De même temps, un livre numérique n'est pas une suite alphanumérique tout en bloc. Y a la mise en forme des paragraphes, des espaces insécables, les traits d'union, l’interlignage. Bref, on travaille autant sur un livre papier qu'un livre numérique. Le travail doit être juste plus ouvert et modifiable en numérique qu'en papier pour s'adapter aux machines qui reçoivent les ebooks. (Encore que les gros ebooks avec des illustrations sont parfois fait de façon fixes.) Il faut parfois repenser la maquette d'un bouquin pour rendre ça aussi agréable que la lecture papier (le gras, la mise en forme des titres, les italiques, etc).
Même du côté du service de distribution, en fait, y a du taff. Les probs d'incompatibilité, les fichiers corrompus, ceux avec des erreurs (La Reine Margot avec ses 50 fautes en un chapitre, ça le fait pas du tout et pourtant c'est publié au Livre de poche numérique). Il n'y a plus d'imprimeur, mais il y a autant de travail sur un livre numérique qu'un livre papier. Il est juste différent, il fait parfois appel à d'autres corps de métier, mais le monde de l'édition s'adapte (très lentement) pour former les gens déjà en place.

Et pour les imprimeurs, y a déjà depuis longtemps des plate-formes d'auto-édition qui propose l'impression à la demande et/ou la publication en ebook. Le souci est que les éditeurs veulent tout garder chez eux pour avoir la main dessus (et faire des "économies"), mais ils n'ont pas le temps ou l'argent pour former le personnel compétent. Pourtant, les éditeurs disent eux-mêmes que c'est une charge de travail supplémentaire. C'est un coup à prendre, mais si le service était externalisé et proposé aux maisons par des imprimeurs, certaines boîtes y trouveraient leur compte (surtout le grosses sûrement, mais quand même). Quand je vois combien coûte un ebook sur T'choupi en fab, parce qu'il faut bien quand même lancer la machine et passer par des pros pour avoir un rendu propre, je trouve que les imprimeurs ont raté le coche. Avoir la double casquette leur permettrait de conserver leurs -gros- clients.
Dans la dernière boîte que j'ai faite dans ce milieu, il y avait une responsable du secteur numérique qui devait former tous les éditeurs. Et au bout d'1 an, il n'y en avait que 3 ou 4 sur l'ensemble de l'étage qui étaient prêts à se lancer dans des projets à double support. Et ce ne sont pas les graphistes ou les maquettistes qui boudent le numérique, au contraire ils y voient de nouvelles possibilités d'interactivités !

Et sur la question de savoir ce qu'est un "vrai livre", je pense qu'il faut laisser tout un chacun se faire sa propre opinion, mais pour cela il faut tester les deux approches et les contextualiser. Un gros lecteur qui n'a plus du tout de place chez lui passera volontiers par une liseuse. Un grand voyageur va aimer aussi ce côté pratique. Parce qu'en vrai, à part les ebooks interactifs sur tablette qui se démarquent, il n'y a pas de vrai plus-value. Un appareil de lecture numérique a avant tout un aspect pratique : lire dans le train, lire dans les transports, lire en vacances, lire dans son bain (modèle waterproof), lire des extraits depuis chez soi avant de lire le vrai livre, etc. Même quand on a des bibliothèques municipales pauvres (en catalogue comme en budget) ou qu'on ne supporte pas d'entasser des objets chez soi, les appareils de lecture numérique sont pratiques.
Bon après, c'est un contexte. Je vois pour moi, je hais l'odeur des livres, je ne suis pas fétichiste des couvertures, quand on a un livre de 1000 pages c'est lourd et ça s'abîme, pour les maisons d'édition qui ne sortent jamais de poche on peut avoir un prix avantageux. Bref, à part pour quelques rares cas, j'ai arrêté d'acheter du papier. De toute façon, quand je rentre chez moi, je suis obligée de voir quel livre je vais mettre dans la boîte à livres parce que je n'ai plus de place.

(Désolée pour la réponse longue, c'était pas prévu B-) )

Mdmzll
Messages : 13
Inscription : ven. 17 juil. 2015, 20:33

Message par Mdmzll » dim. 14 août 2016, 15:01

Oui dans certains cas c'est pratique. Mais je trouve que ça casse la conception du livre en tant que pavé (vrai gros pavé ! :twisted: lol !) ou objet avec une finalité.
Je suis un peu matérialiste mais bon !

Anassete
The social network
Messages : 1379
Inscription : dim. 07 févr. 2010, 10:47
Contact :

Message par Anassete » dim. 21 août 2016, 10:42

Je pense encore pareil maintenant ^^ Mais lire en numérique ne signifie pas lire qu'en numérique. On est dans une société très matérialiste, donc on est habitué à apprécier le contact des choses. Mais si tu n'aimes pas l'odeur des livres (vieux ou neufs), que tu lis beaucoup de séries (les "beaucoup-logies") ou même si par exemple tu es étudiant et que tu lis beaucoup de livres tombés dans le domaine public, c'est ultra pratique ^^ Pourtant, y a encore des romans que j'aime avoir en papier parce que je les adorés : genre je les ai commencé sur liseuse et en fait c'est tellement génial que mon cerveau analyse que je dois le posséder physiquement :P
Là, actuellement, je suis triste de ne pas avoir envoyé mon ancienne liseuse à une amie partie vivre en Guyane, parce qu'elle se retrouve qu'avec la biblio universitaire pour lire tous les romans pour passer le Capes, et ils n'ont pas tout. Ca coûte pas cher un classique, mais tu dois lire tout Balzac et tout Zola, déjà ça fait un trou dans le budget x)


Surtout que les constructeurs jouent sur la matérialité de la liseuse pour en faire un objet attractif. D'ailleurs, si certains veulent se lancer parce qu'ils trouvent un modèle génial (genre Kobo), n'hésitez pas à faire le tour des magasins qui proposent plusieurs marques de liseuses. Darty vend des Kobo et des Kindle. Cultura est axé Pocketbook (où on eut encore écouter des livres audios), etc.

Répondre